Jean-Claude Bélégou

Le contre-jour.

Photographie © Jean-Claude Bélégou

 

On photographie à contre-jour chaque fois qu’au lieu d’être dos à la source de lumière qui éclaire ainsi pleinement le sujet photographié, on est face à la source de lumière. Que celle-ci en extérieur  soit constiuée par le soleil (même s’il est dissimulé par quelques nuages) ou en intérieur par une fenêtre.

Imaginons une situation simple : une photographie prise depuis l'intérieur d'une pièce, depuis le mur opposé à la fenêtre et incluant la fenêtre et le mur  sur lequel est située cette fenêtre.

Notre oeil est capable de distinguer des détails, de voir, à la fois par la fenêtre et à la fois à l'intérieur de la pièce, notre oeil est accommodant. Enfin c'est surtout notre cerveau qui fait tout le boulot en synthétisant nos différentes sensations dans un tout qui s'appelle la perception. Le film photographique n'a pas de cerveau, c'est seulement une surface sensible et il est incapable de restituer des détails à la fois.

LIRE LA SUITE